Des consignes de sécurité infaillibles

Home / Blog / Des consignes de sécurité infaillibles

Des consignes de sécurité infaillibles

La peur existe depuis la nuit des temps… Qui peut se vanter de n’avoir peur de rien ou de personne ?! Aussi, rien de plus étonnant qu’on ait développé des réflexes ou des habitudes pour se protéger, contrôler notre environnement, sécuriser notre vie, avec tous ceux que l’on aime.

Alors, en tant de crise, comme celle que nous sommes en passe de vivre depuis l’arrivée du virus sur le sol Congolais, cette peur peut transformer la plupart d’entre nous - peut-être déjà fragiles et de nature inquiète - en personnes anxieuses, angoissées et oppressées.

Que nous dit Dieu, en temps de crise ? Quelles sont ses recommandations, ses directives infaillibles pour résister à toute épreuve ?

En voici 3, très faciles à retenir :

Consigne 1 - “Réfugie-toi en moi !”

Dans sa Parole, Dieu exprime très clairement comment bénéficier de sa haute protection.

Physique, spirituelle, matérielle, notre sécurité en lui est inattaquable.

  • Si tu demeures à l’abri du Très-Haut” (Psaume 91)
  • Si tu obéis à la voix de l'Éternel, ton Dieu, en observant et en mettant en pratique tous ses commandements que je te prescris aujourd'hui…” (Deutéronome 28.1)
  • Prêtez l'oreille, et venez à moi, écoutez, et votre âme vivra (Ésaïe 55.3)
  • Ne t'effraie point et ne t'épouvante point, car l'Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras. (Josué 1.9)

Concrètement, cela signifie quoi ?

Ici, Dieu nous enseigne comment être sage… “Demeurer”, “obéir”, “écouter”, venir… sont autant de recommandations pour rester à l’écart du danger, du mal. Et c’est ainsi que la peur s’enfuit car Dieu est AVEC nous...

Le contraire, en se montrant indépendants, récalcitrants, insouciants, nous expose à toutes sortes de risques. Ce comportement démontre que lorsqu’on est loin de Dieu, qu’on refuse de lui obéir, les conséquences sont graves : nous sommes privés de sa protection.

Aussi, quand Dieu nous enseigne à respecter nos autorités, eh bien, même si Dieu est au-dessus de tout, et notre puissant bouclier, il s’agit de respecter les consignes d’hygiène et de sécurité de l’État. Car c’est Dieu qui a institué ces instances. (Romains 13.1)

Aussi, faisons notre maximum pour se tenir à l’écart du virus, en restant chez soi, non seulement pour se protéger, mais pour protéger les autres aussi.

En résumé, respecter nos autorités, c’est aussi écouter la voix de Dieu : “C'est pourquoi celui qui s'oppose à l'autorité résiste à l'ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes.” (Romains 13.2)

Même si l’on vous rit au nez, sous prétexte que vous êtes protégé(e) par “le sang de l’agneau”, je vous encourage à respecter aussi les consignes humaines. Y déroger nous expose à des amendes ! (Condamnation et contamination.)

Consigne 2- “Écoute ma voix”

C’est plus fort que nous, n’est-ce pas ? On ne peut pas s’empêcher de regarder les infos : à la TV, sur nos portables, nos tablettes.
La voix de Dieu se veut rassurante, elle s’élève au-dessus de toutes les autres. Elle n’est ni alarmiste ni pessimiste, elle est là pour apaiser notre âme.

La voix du bon Berger est reconnaissable au-dessus de toutes les autres, celles qui attisent notre inquiétude, entretiennent la peur de manquer, de tomber malade, de se retrouver en difficulté financière.

Devant cette multitude d’analyses, d’informations et d'annonces dont on ignore souvent les fondements, au contraire, n’écoutons qu’une VOIX, celle de Jésus qui a dit, il y a plus de 2000 ans : “Ne vous inquiétez de rien…”

Jésus s’adresse continuellement à nous, et si nous sommes attentifs, nous saurons reconnaître sa voix et passer sous silence tous les bruits alentours : “Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.” (Jean 10.27-28)

Nous savons bien, vous et moi, que rien ni personne ne nous séparera de notre bon berger, car il a déjà donné sa vie pour nous, afin que nous vivions dans l’abondance, en période calme ou tendue.

Consigne 3- “Reste attaché à mon corps, l’Église”

L’ennemi fait une œuvre qui le trompe. Pensait-il, peut-être, nous fragiliser, en nous éloignant physiquement les uns des autres ? Croyait-il disperser le troupeau de Dieu et pouvoir attaquer massivement, au sein de la tempête, comme en “bon prédateur prévisible” ?
S’il sévit dans notre milieu chrétien, quand on considère les propos agressifs de la presse qui accuse l’église de la Porte Ouverte d’avoir été le premier important “cluster”, foyer duquel s’est propagé rapidement le Covid-19, eh bien, on sait que Dieu fera justice au moment voulu. Que ce n’est pas la première fois que l’Église est critiquée et cela ne sera pas la dernière non plus.
Oui, il s’en prend aussi aux chrétiens, et là encore on sait que si le corps est touché, l’âme reste intacte, et nous retrouverons nos bien-aimés que le virus a emporté. La douleur est bien là, alors prions pour les familles endeuillées.

Bien au contraire, depuis ce confinement total, les chrétiens se sont mobilisés en masse :

  • (Re)diffusion de cultes en ligne
  • Louanges en petit groupe ou soirées “ciel ouvert”
  • Semaines de prière pour unir les chrétiens
  • Enseignements en tous genres même auprès des plus jeunes

Les groupes ne cessent de se multiplier, les chrétiens s’encouragent, unissent leurs efforts pour résister à la panique et à l’isolement. Si vous n’avez pas encore rejoint un ou plusieurs mouvements d’église, c’est le moment.

Plus qu’un bâtiment, plus qu’une institution, l’Église est le corps de Christ que Dieu appelle à être parfaitement “un” afin que chaque membre soit porteur du message d’espoir : Jésus est la lumière du monde.

Alors que vous ne sortez plus ou très peu et que vous ressentez peut-être de l’inquiétude face à cet ennemi invisible - le Covid-19 - dites-vous que, tant que vous respectez les consignes de Dieu, vous ne craindrez aucun mal !
Car rien ne nous séparera de son Amour !

Restons unis en prière !